Reykjavik, Sous Le Soleil De Minuit


Revenir à Reykjavik, poser à nouveau pied en Islande

Islande, Reykjavik, Seltjarnarnes, balade, soleil de minuit, printemps, faune, montagne, oiseau, baie, océan Atlantique, neige, cimes, aventure

Sandlóa, Islande, Reykjavik, Seltjarnarnes

S’envoler pour Reykjavik, c’était presque pour moi comme emmener un enfant dans son parc d’attraction préféré. Une escapade dont on ressent l’excitation au creux de l’estomac. Et ce dès le moment où l’avion commence a entamer sa phase ascendante, puis à nouveau descendante. Ce moment où l’on ne peut plus attendre d’atteindre quelque chose que l’on désire ardemment. Je ne tenais plus en place. Cette simple envie de passer sa tête par le hublot, et sortir, vouloir en goûter davantage.

De tous les livres, celui que je préfère est mon passeport, unique in-octavo qui ouvre les frontières, missel enluminé de l’époque avionique. Quelques pages encore vierges, seule promesse tangible de nouveaux voyages, s’offrent potentiellement à toutes les images du monde. Alain Borer

Les Premiers jours

Aux premières lueurs après avoir franchi la cime des nuages, voilà qu’apparaissait cette terre volcanique, se dressant avec au loin fièrement ses massifs et glaciers, dont l’un le Vanatjökull, est le plus grand d’Europe. Malgré ses apparences désolé, l’Islande respire la vie, et c’est ce qu’on s’aperçoit très vite par ses innombrables cours d’eau s’écoulant tout droit venus des montagnes. Ceux ci traversant champs de roc et mousse ou prairies désertiques. Des paysages qu’on pourrait croire tout droit sortis d’un film ou d’une autre planète.

Préparatifs à l’expédition d’une semaine dans le parc du Skaftafell, c’est l’occasion d’un court séjour dans la capitale, Reykjavik, la «  Baie-des-fumées ». On se rend très vite compte d’ailleurs que pour une capitale, celle ci reste de taille raisonnable. En comparaison avec d’autres villes du continent bien sûr. Avec un peu plus de 300 000 habitants sur l’île, Reykjavik comporte à elle seule 1/3 de la population… Clairement donc, ce qu’on considèrerait ici pour des villages, prennent place de ville en Islande.

Quoiqu’il en soit, même si cette expédition en montagne et glacier dans les prochains jours attise ma curiosité et mon impatience, Reykjavik et la culture islandaise détiennent un charme qu’on ne peut cacher. Et il ne suffit pas d’aller très loin ni de sortir de la ville pour y faire face nez à nez.

Seltjarnarnes

Islande, Reykjavik, Seltjarnarnes, balade, soleil de minuit, printemps, faune, montagne, oiseau

Islande, Reykjavik

La veille du départ fut l’occasion d’ailleurs de quelque belles surprises avec une escapade dans la baie ouest de Seltjarnarnes. Balade encore très éclairée malgré la fin d’après midi et le début de soirée. Ce qu’on appelle ici durant l’été, soleil de minuit… Tandis que l’hiver apporte très peu d’heure d’ensoleillement. En bref, le soleil ne se couche quasiment jamais. Ou du moins la lumière se réduit sans jamais vraiment disparaître. Perturbant au début, mais on finit par s’y habituer, et au final cela laisse de plus nombreuses possibilités pour observer la beauté de la nature islandaise.

Et notamment pour ma part l’occasion d’une escapade d’un peu plus de 4km depuis le centre jusqu’au phare du Seltjarnarnes. Cette petite réserve naturelle est durant la période estival au cœur d’une intense activité de va et vient de battement d’ailes, flânerie et nidification de plusieurs espèces d’oiseaux Islandais. Un fin de journée qui annonce assurément de fantastiques expériences.

Plus de photos ici !

Déjà posé pied Reykjavik ? Des lieux dans et autour à recommander ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *