TREKKING HIVERNAL – PARC DE LA VANOISE


Saison dans la Vallée de la Tarentaise

 

Passer une saison d’hiver en Savoie, et travailler en station, ça a clairement ses avantages, et ses inconvénients. Pour le coup, les deux gros pièges restent le coût de la vie, foutrement élevée, et le traquenard de terminer régulièrement sa journée dans les premiers bars et restaurants venus.

Cependant, perché parmi les cimes, la météo clémente, ensoleillée en général, est clairement quelque chose qui fait peser la balance dans le positif. La vie de saisonnier, malgré les coups de speed en pleine activité et vacances scolaires qui vous feraient presque perler de sueur et perdre 5kg aussi rapidement qu’on peut descendre une bière; cette vie de saisonnier en soi elle est plutôt agréable. Et pour preuve, la possibilité de pouvoir profiter pleinement de la neige, ski, snowboard et autres activités, pendant plusieurs mois, sans avoir à se presser, poussé et frustré par une contrainte de temps liée à un retour de vacance, vraiment, ça n’a pas de prix… Hormis le pass saison peut être.

Pour ma part, cette dernière saison hivernale, à Méribel, c’était derrière le bar qu’elle s’est déroulée. Horaires arrangeant puisqu’en général dans la restauration, et plus particulièrement pour le bar, on parle de monde de la nuit. Et par horaires de nuit j’entends la possibilité d’avoir ses journées ouvertes à toutes activités.

D’abord pour profiter des pistes en tâtant le snowboard et éventuellement terminer sur un bar d’altitude ou de front neige – En évitant la réverbération et les coups de soleil avant d’entamer son shift.. c’est mieux, croyez moi, si si !- ou pour se risquer à partir explorer les environs en rando.

 

Alpes, Méribel, snowboard, Vanoise, détente,chill

Moment détente en haut des pistes

Escapades Alpins

 

La Vallée de la Tarentaise, dont fait partie Méribel, au coeur du parc de la Vanoise, est réellement riche en possibilité de trek -courte ou longue selon l’envie-. Parsemée de conifères, valons et ruisseaux, s’oser à s’aventurer sur quelque chemins excentrés peut offrir des panoramas qui raviront les amoureux de paysage de montagne et randonneur amateur.

Une marche plutôt sympa à réaliser et qui ne nécessite aucun équipement hormis de bonnes chaussures en plein hiver; la route de l’Altiport, après avoir passé le dit altiport nous mène en amont au Clos Bernard, restaurant au cadre presque enchanteur au milieu de la forêt.

 


This photo of Le Clos Bernard is courtesy of TripAdvisor

 

Poursuivre sur la route et la forêt du Fontany donnera l’opportunité de traverser des étendues boisées et enneigées, percées par quelque rayons de soleil et avec un peu de chance… La possibilité de croiser biche et faon au coin d’une clairière. Cette randonnée offre le choix de continuer une ascension vers le Col de Loze et le Pic Noir (2025m), versant Est de la vallée de Méribel.

Comptez 30min à compté de l’Altiport jusqu’au Clos Bernard – voir moins si on se laisse tenter à prendre un “taxi-calèche” -, 1h30 pour atteindre la fin de la route du Fontany et au moins 2h30 pour poursuivre au delà.

 

 

Ascension vers le Saut

 

Autre partie de cette vallée que j’ai pris beaucoup de plaisir à explorer, la Réserve Naturelle du Plan de Tueda et au delà dont l’accès se fait via la partie la plus élevée de Méribel, Méribel-Mottaret. La réserve, célèbre pour son lac, gelé et recouvert de neige en hiver, permet de poursuivre sur un chemin, d’abord surplombé par un refuge, le refuge du Plan, puis enchaînant plat et dénivelé ascendant pour presque 1h30 de trek avant de pouvoir obtenir une vue panoramique sur la vallée.

 

 

L’expédition, la route du Saut – qui mène au refuge du même nom – se poursuit pendant presque 1h30 de plus, suivant le cours d’eau Doron des Allues, cerné par des cimes de toute part. Le silence et une légère brise pour seuls compagnons laissent songeur, quelques promeneurs égarés de temps en temps, puis la solitude à nouveau. Se laisser lézarder au soleil sur un rocher devient vite tentant.

 

La traversée offre une étendu de neige éclatante

 

Cette randonnée, d’un peu plus de 3 heures et grimpant à un peu plus de 2100 d’altitude laisse découvrir en tout cas des paysages réellement agréables, et tout particulièrement dans des jours ensoleillés avec une légère mer de nuage en contrebas. Toutefois même si la première partie peut se faire facilement en chaussure de marche, mieux vaut s’équiper ensuite de raquettes ou ski de fond, car la neige peut rapidement atteindre les genoux !

Même si les chutes de neige peuvent dénaturer le chemin -balisé en général je précise-, les quelques panneaux en bois, construction ou restes de construction en pierre nous rappelle rapidement qu’on ne s’est pas paumé au milieu de nul part. Le Refuge du Saut lui se dresse fièrement au milieu de ce vallon, tel un phare au milieu d’un océan de blancheur, et sert de point de repère à ceux qui voudraient s’aventurer plus loin, vers le passage du Mont Coua.

Le refuge du Saut, niché seul ancré entre deux cols

 

Refuge du Saut, trek, randonnée, Vanoise, Méribel, Tarentaise, Alpes, montagnes, nature

 

Plus de photos ici !

Vous êtes vous déjà rendu dans le Parc de la Vanoise ? D’autres randonnées à y conseiller ? N’hésitez pas à commenter !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *